Brough Superior est sans conteste la marque moto la plus prestigieuse de la planète, et depuis peu, la mythique enseigne anglaise dont les modèles anciens s’arrachent aux enchères contre des fortunes revit sous une forme moderne grâce à l’atelier Boxer Design de Toulouse. Ils nous ont fait confiance pour conduire les premiers tours de roues de leur merveille de 62.870€ clé en main.

Qualifié en son temps de « Rolls-Royce de la moto« , le modèle originel de la « Super Sports 100 » était équipé d’un bicylindre JAP en V de 998 cc à simple arbre à cames en tête développant 45 chevaux, autour duquel se lovait un cadre simple berceau.

D’inspiration Harley-Davidson, la fourche avant était développée par George Brough himself et l’ingénieur Harold Karslake. Les travaux des deux amis les mèneront un peu plus tard à adopter le cantilever B&D, puis à produire leur propres suspensions arrière.

« On pense à l’excellence britannique, à ces motos dont la légende prétend qu’elles étaient assemblées en gants blancs comme chez Rolls Royce. Je pense aussi un peu, égocentrique, que je n’imaginais pas un jour démarrer une Brough Superior, encore moins m’installer à son guidon et partir. Cette moto est pareille à un ancêtre endormi depuis 75 ans, qui soudain s’éveille dans son costume d’élégance, et découvre des routes goudronnées, des radars automatiques et des gilets fluo. Quelle folie ! Dans un monde vulgaire, codifié et ratatiné, la folie impalpable du beau porte chic à la boutonnière le flegme anglais, s’habille d’une robe échancrée chrome et noir et signe sur le réservoir en lettre d’or son nom : Brough Superior. »